Un investissement de 120 M$ pour le secteur de la construction

Article publié le 29 mars 2021


La ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ont dévoilé le 21 mars dernier un plan d’action de 120 millions de dollars pour le secteur de la construction.

Cette annonce s’inscrit dans la continuité du projet de loi 661 adopté en décembre 2021 qui mise sur la construction pour relancer l’économie du Québec. Le plan est axé autour de deux grandes mesures. La première vise à moderniser les infrastructures technologiques des donneurs d’ouvrage en construction et de soutenir le virage numérique des entreprises. Le but de la deuxième est de faciliter l’arrivée de plus de 11 000 nouveaux travailleurs et travailleuses par année tout en soutenant la rétention de la main-d’œuvre dans l’industrie.

L’application de subventions salariales pour l’embauche de femmes, de personnes immigrantes, de membres des Premières Nations et de la nation inuite ainsi que de personnes handicapées est aussi prévue. Le gouvernement souhaite également qu’un plus grand nombre d’entreprises québécoises puissent accéder aux contrats publics, notamment pour les projets majeurs. Il entend intervenir en offrant de l’accompagnement et du financement, à l’aide de prêts et de garanties de prêts, par l’entremise d’Investissement Québec.

La rareté de main-d’œuvre

Le point qui a retenu l’attention est certes l’adoption de huit mesures visant à permettre l’entrée de milliers de nouveaux travailleurs pour remédier à l’actuelle rareté de main-d’œuvre. Les modifications réglementaires visent l’atteinte des cinq objectifs suivants :

  • favoriser l’accès à l’industrie pour les personnes qui détiennent de l’expérience de travail pertinente;
  • augmenter les possibilités d’embauche pour les nouveaux apprentis;
  • valoriser la formation initiale dans le but de retenir les étudiants dans les centres de formation professionnelle jusqu’à l’obtention de leur diplôme;
  • accélérer le cheminement des apprentis vers le statut de compagnon;
  • favoriser une organisation du travail en chantier qui améliore la productivité.

Si certaines des mesures adoptées ne font pas l’unanimité, il faut tout de même retenir qu’elles permettront de faciliter l’entrée de nouveaux travailleurs, une demande de longue date des employeurs.


Les 8 mesures en vigueur

Dès le 26 avril 2021, il sera possible :

  • d’obtenir un certificat de compétence apprenti pour toute personne qui soumet un dossier de reconnaissance de l’expérience professionnelle équivalent à 35 % de l’apprentissage du métier;
  • de permettre, pour chaque compagnon, la supervision en chantier d’un deuxième apprenti si celui-ci a atteint la dernière période d’apprentissage de son métier;
  • de délivrer des certificats de compétence apprenti aux étudiants durant leur fréquentation scolaire dans les programmes de formation menant à un métier de la construction;
  • de permettre, pour chaque employeur, d’obtenir deux exemptions à détenir un certificat de compétence à titre d’enfant d’employeur, au lieu d’une seule;
  • de permettre aux apprentis d’exécuter des tâches résiduaires de leur métier;
  • de permettre aux apprentis d’être admis à l’examen de qualification dès que 85 % de leurs heures d’apprentissage sont complétées;
  • d’accélérer l’accès au statut de compagnon pour les personnes diplômées en bonifiant d’une fois et demie la valeur du diplôme pour la progression de l’apprentissage;
  • de faciliter l’accès des personnes diplômées de certains programmes menant aux occupations spécialisées sans les soumettre à la pratique du tirage au sort pour le Cours de connaissance générale de l’industrie de la construction.

 

 

Consultez le plan d'action en bref 

Avril 2021

D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30