André Bergeron part à la retraite

Article publié le 25 janvier 2022

André Bergeron, directeur général de la CMMTQ, prendra sa retraite le 28 janvier prochain. Actuel directeur général adjoint, Steve Boulanger occupera le poste de directeur général de la Corporation à compter du 31 janvier. À la demande de ce dernier, André demeurera à titre de consultant externe à temps partiel pour terminer deux projets bien précis dont il a la responsabilité : les assurances commerciales des membres de la CMMTQ et l’intégration du nouveau système de gestion des membres (clients relations management ou CRM).

Le parcours d’André Bergeron

Jeudi dernier, lors de la dernière réunion du conseil d’administration, le président de la CMMTQ, Denis Beauchamp, a souligné les 24 années de service de monsieur Bergeron en lui remettant une plaque commémorative. Quelques anciens présidents ont également participé à cet événement spécial.

André Bergeron a d’abord occupé le poste de directeur général adjoint en 1998. Ce poste, nouvellement créé, avait pour but de soutenir le directeur général de l’époque, Robert Brown, dans les opérations courantes de la Corporation. Ancien conseiller en relations de travail chez Desjardins, André connaissait l’industrie de la construction pour avoir occupé diverses fonctions à l’Association des entrepreneurs en construction du Québec de 1980 à 1995.

En juillet 2008, il est nommé au poste de directeur général par le président du conseil d’administration de l’époque, Yves Hamel. Comme le président en devenir de la CMMTQ, Michel Boutin, André souhaitait que la Corporation s’adapte à l’évolution de ses membres vers la mécanique du bâtiment dans son ensemble.

À l’époque, la CMMTQ avait beaucoup de crédibilité, mais peu de notoriété. André a donc reçu le mandat d’étendre l’influence de la Corporation, ce dont il est d’ailleurs le plus fier : « Nous avons pris notre place. Nous avons établi des partenariats importants et durables. Je suis fier du respect que nous portent les autres organisations, notamment la Régie du bâtiment du Québec. »

Il lui reste un projet qu’il aurait aimé réaliser, soit le regroupement des spécialités de la mécanique du bâtiment au sein d’une seule organisation afin que les entrepreneurs de ce secteur profitent tous des mêmes avantages, dont un champ d’exercices exclusif, des services-conseils et un pouvoir de représentation efficace.

Au cours des dernières années, il a lancé plusieurs projets d’envergure, comme la formation continue obligatoire, la modification des règles de gouvernance et la réduction du nombre d’administrateurs, la révision des examens et le rapprochement des membres, qu’il laissera à son successeur.

Septembre 2022

D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30